Vous êtes ici : Nos conseils bio » Bien être » Techniques de Bien être » La réflexologie

La réflexologie

Par Ann Charlotte

La réflexologie est une approche de type énergétique visant à mobiliser les processus d’auto guérison du corps par le massage de zones et de points réflexes.

les Chinois et les Égyptiens utilisaient une forme de réflexologie durant l’Antiquité

La rélexologie est une technique de bien être stimulante et relaxante qui s'exerce par des pressionsÀ la fois stimulante et relaxante, elle se pratique en exerçant une pression soutenue, avec la pulpe des doigts, sur des points réflexes situés sur les pieds, les mains, et les oreilles et correspondant à des organes ou fonctions organiques. Certains réflexologues affirment que des dépôts calcaires, accumulés dans certaines zones du pied, engendrent des blocages énergétiques et qu’il suffit de les éliminer pour que le corps retrouve son harmonie.

Des textes et illustrations anciens permettent de penser que les Chinois et les Égyptiens utilisaient une forme de réflexologie durant l’Antiquité. En Occident, l’un des premiers ouvrages sur le sujet a été publié en 1582 par deux médecins européens célèbres en leur temps, les Dr Adamus et A’tatis. Cependant, la réflexologie moderne remonte aux travaux du Dr William Fitzgerald, un médecin américain, sur la thérapie zonale. Tandis qu’il cherchait une méthode d’anesthésie en chirurgie mineure, il découvrit que la douleur éprouvée par ses patients diminuait s’il appliquait une pression sur certains points du corps. Sa théorie, élaborée en 1913, repose sur un modèle anatomique qui divise le corps en dix zones énergétiques, allant de la tête aux pieds, chacune étant reliée à une partie du corps.

Mais c’est Eunice Ingham (1889-1974), une physiothérapeute américaine, assistante du Dr Fitzgerald, qui mit au point au début des années 30, à partir des découvertes du médecin, la réflexologie telle qu’on la connaît aujourd’hui. Elle est l’auteure du premier traité de réflexologie moderne qui propose une cartographie des mains et des pieds comme parfait reflet du corps, proposant ainsi, avant que le concept ait même été élaboré, une représentation holographique du corps humain. Elle a donné des séminaires partout en Amérique du Nord et fondé la première école de réflexologie, le National Institute of Reflexology, dorénavant dirigé par Nancy et Dwight Byers (neveu d’Eunice Ilgham). Ceux-ci transmettent l’enseignement reçu dans plusieurs pays du monde, sous la bannière de l’International Institute of Reflexology.

Bien que la réflexologie soit de plus en plus utilisée comme approche alternative dans la population et par des professionnels, elle n’a pas encore reçu ses titres de noblesse. Actuellement, seuls la Chine, le Danemark et plus récemment le Royaume-Uni1 l’ont intégrée, ou sont en voie de le faire, dans leur système de soins de santé. Sa pratique est contestée dans le milieu médical, ses opposants la percevant comme une méthode de relaxation sans effet thérapeutique3 ou encore comme un mouvement social éphémère, et ses partisans souhaitant qu’elle soit intégrée aux soins de santé reconnus2.

Quoi qu’il en soit, dans la majorité des pays, ce sont les associations (régionales, nationales et internationales) qui veillent à ce que les normes de qualité et de sécurité soient respectées tant pour la formation que la pratique. Fondé en 1990, l’International Council of Reflexologists4 constitue un réseau international important qui diffuse les plus récentes percées dans le domaine et rassemble réflexologues, associations et écoles de réflexologie des quatre coins du globe.

Recherche et rédaction : Monique Lalancette

Applications thérapeutiques

Une séance de réflexologie est généralement une expérience agréable qui ne devrait pas, selon certains réflexologues, être douloureuse. La réflexologie peut apaiser aussi bien les rhumatismes5 de l’aîné que les pleurs de bébé. D’une manière générale, la réflexologie améliore la circulation sanguine et lymphatique, renforce le système immunitaire, favorise l’assimilation des aliments et l’élimination des toxines, mais elle ne saurait guérir les maladies graves.

L’un des effets les plus remarquables de la réflexologie réside dans sa capacité à réduire l’anxiété et les douleurs associées à des états pathologiques comme le cancer6,7. D’autre part, plusieurs études, réalisées afin de déterminer la pertinence de l’intégrer en milieu de travail8, démontrent son efficacité à diminuer les symptômes reliés au stress causant migraine, tensions musculaires et problèmes digestifs. D’autres recherches1,9,10 mentionnent ses effets positifs pour soulager de nombreux troubles : articulaires et musculaires (arthrite, arthrose, bursite, épicondylite, goutte, lumbago, tendinite); cardiaques (angine de poitrine, hypertension, palpitation); gastriques et intestinaux (calculs biliaires, colite, colopathie fonctionnelle, constipation chronique, diverticule, indigestion); gynécologiques (syndrome prémenstruel11); psychologiques (angoisse, dépression); respiratoires (bronchite, emphysème, sinusite); urinaires (cystite, colique néphrétique), des systèmes lymphatique (rétention aqueuse), endocrinien (douleurs menstruelles, glande thyroïde) et nerveux central.

Une recherche préliminaire menée auprès de 26 sujets atteints de sclérose en plaques13 a montré une amélioration des symptômes après six semaines de traitement réflexologique, mais aussi la nécessité de poursuivre la thérapie de façon régulière pour maintenir les gains obtenus qui semblent diminuer après douze semaines. Finalement, les centres universitaires hospitaliers appliquent la réflexologie comme méthode de rééducation fonctionnelle.

Contre-indications

La réflexologie est une approche qui ne comporte aucun risque. Toutefois, dans certains cas, des précautions sont à prendre, entre autres, auprès des femmes enceintes, durant les 16 premières semaines de la grossesse; auprès des personnes ayant des problèmes reliés aux systèmes circulatoire et lymphatique, faisant usage de médication, de drogues ou d’alcool ou ayant une maladie contagieuse.
En pratique
Il existe des milliers de praticiens qui offrent des traitements réflexologiques un peu partout dans le monde, en pratique privée et dans des centres de santé. La réflexologie est une approche dont les effets se font sentir progressivement et qui nécessite, pour être efficace, une bonne maîtrise des techniques digitales, de l’anatomie et de la physiologie.

Une séance de réflexologie dure généralement une heure et coûte entre 40 et 75 $ (29-54 euros). À la première visite, le réflexologue fait un bilan de santé afin de s’assurer que rien ne s’oppose au traitement. Avant de débuter le traitement, pour éliminer les tensions, il effectue une série de manipulations sur les mains et les pieds du receveur qui est confortablement assis. Puis, à partir des symptômes donnés et selon les tensions ressenties, il effectuera diverses manœuvres et pressions afin de rétablir la circulation énergétique. Tandis que le corps tente de retrouver son équilibre en éliminant les toxines, certaines réactions (maux de tête, diarrhées, frissons, nausées, congestion des sinus, urines fréquentes) sont à prévoir, mais elles se dissipent la plupart du temps dans les 24 heures suivant le traitement.

La réflexologie est une approche simple qui permet de prendre en main sa santé. On trouve des ateliers d’une journée, accessibles au grand public, pour s’initier aux techniques de base. Pour approfondir la technique à titre personnel, de nombreuses publications proposent des schémas détaillés expliquant les manœuvres à exécuter selon les troubles à traiter.

Formations en réflexologie

Les cours menant à un certificat de réflexologue sont généralement offerts le soir et la fin de semaine, sous forme d’ateliers de groupe, mais aussi par correspondance, par Internet ou en privé, ce qui est le cas à l’Ontario College of Reflexology14.

La durée de la formation de base en réflexologie (pieds et mains) varie entre 150 à 250 heures, incluant théorie et pratique, et coûte environ 1 000 $CAN (717 euros). La formation avancée, notamment au Danemark15, intègre dans son programme des cours d’anatomie, de physiologie, de pathologie de la médecine conventionnelle et alternative, de psychologie, de soins d’urgence, bref, 734 heures de théorie et 50 sessions d’entraînement. L’Association canadienne de réflexologie16 offre également une formation avancée (en anglais seulement), à distance, sur la réflexologie et les pathologies, présentée sur une vidéo avec documentation. Des séminaires de perfectionnement sont également offerts aux praticiens certifiés afin de réviser ou de mettre à jour leurs connaissances.

Formation

En Amérique du Nord, il existe présentement cinq institutions d’enseignement accréditées par le Council on Naturopathic Medical Education, un organisme reconnu par les états, territoires et provinces où la naturopathie est réglementée. Quatre sont situées aux États-Unis (la Bastyr University, le College of Naturopathic Medicine- University of Bridgeport, le National College of Naturopathic Medicine et le Southwest College of Naturopathic Medicine and Health Sciences) et une au Canada (le Canadian College of Naturopathic Medicine).

Toutes ces institutions offrent une formation universitaire de quatre ans à temps plein, soit au moins 4 000 heures, menant au titre de docteur en naturopathie. À l’issue de leur formation, les étudiants doivent réussir l’examen du North American Board of Naturopathic Examiners avant d’obtenir une licence leur donnant le droit d’exercer.

Dans les endroits où il n’existe pas de réglementation encadrant l’exercice de la naturopathie, diverses écoles et organisations proposent des formations variées. Si certaines d’entre elles forment d’excellents conseillers en santé, leurs étudiants ne peuvent se qualifier pour l’obtention d’une licence de pratique de la naturopathie. Dans le monde francophone, on compte notamment les institutions suivantes : au Québec, l’École d’enseignement supérieur de naturopathie du Québec, l’Institut de formation naturopathique et l’Institut de Recherches Robert en Sciences Naturopathiques, en France, le Collège Européen de Naturopathie Traditionnelle Holistique, et en Suisse, HP-Formation.

Le statut actuel de la naturopathie

La formation des naturopathes varie quelque peu d’un pays à l’autre, mais comprend généralement des cours de science médicale (biologie, anatomie, physiologie, immunologie, etc.), de médecine clinique (diagnostics, laboratoire, principes naturopathiques, etc.) et de techniques spécialisées (nutrithérapie, homéopathie, phytothérapie, hydrothérapie, médecines chinoise et ayurvédique, etc.). En Allemagne, la formation en naturopathie est déjà intégrée à celle des médecins et des pharmaciens, et on y forme également des praticiens spécialisés en naturopathie, les heilpraktikers.

Dans quatre provinces canadiennes (Ontario, Colombie-Britannique, Manitoba et Saskatchewan) et 13 états américains, ainsi qu’en Australie, en Israël et dans quelques autres pays, on a commencé à autoriser les naturopathes à pratiquer une médecine de première ligne. Ils sont donc habilités à poser des diagnostics, à commander des analyses et des tests (radiographies, analyses de sang ou d’urine, etc.), à prescrire des traitements, à prodiguer des soins et à référer les patients à des médecins spécialistes.

Au Québec et dans la plupart des pays francophones d’Europe, la naturopathie n’est pas officiellement reconnue. Des associations de naturopathes travaillent toutefois en ce sens. Pour le moment, le titre de naturopathe peut y exister, mais il ne désigne pas nécessairement des thérapeutes possédant une formation complète. De plus, leur pratique professionnelle n’est généralement pas soumise à des règles strictes. Ces naturopathes, quelle que soit la valeur de leur formation et de leurs compétences, ne sont pas autorisés à poser de diagnostics ni à prescrire de traitements médicaux. Ils ne peuvent agir qu’en tant que conseillers en santé, en complément des soins fournis par des professionnels de la santé dûment licenciés.

Livres

– Magny Jean-Claude. La naturopathie apprivoisée, Éditions de Mortagne, Canada, 1996
Un des meilleurs ouvrages de présentation de l’histoire et des grands concepts de la naturopathie.

– Novey Donald W. (Dir). Clinician’s Complete Reference to Complementary & Alternative Medicine, Mosby, États-Unis, 2000.
La présentation commentée de 64 thérapies alternatives et complémentaires, du yoga à la chiropractie en passant par le jeûne et la phytothérapie. Éclairant.

– Pizzorno Joseph E. Jr, Murray Michael T. Textbook of Natural Medicine, Churchill Livingstone, États-Unis, 1999.
En deux volumes et près de 2 000 pages, on y présente, avec moult références, la philosophie, les procédures, les techniques et la pharmacopée de la médecine naturelle. La référence par excellence.

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.
Notes
1. Pacific Institute of Reflexology, Vancouver. Reflexology Research Abstracts. [Consulté le 7 février 2002]. www.pacificreflexology.com.
2. Barrett B. Complementary and alternative medicine: what’s it all about?. WMJ 2001;100(7):20-6.
3. Office des professions du Québec. Avis au ministre responsable de l’application des lois professionnelles sur l’opportunité de constituer une corporation professionnelle dans le domaine des médecines douces, 1992, p. 7. www.opq.gouv.qc.ca
4. International Council of Reflexologists. www.icr-reflexology.org
5. Fiechtner JJ, Brodeur RR. Manual and manipulation techniques for rheumatic disease. Med Clin North Am 2002 Jan;86(1):91-103.
6. Grealish L, Lomasney A, Whiteman B. Foot massage. A nursing intervention to modify the distressing symptoms of pain and nausea in patients hospitalized with cancer. Cancer Nurs 2000 Jun;23(3):237-43.
7. Stephenson NL, Weinrich SP, Tavakoli AS. The effects of foot reflexology on anxiety and pain in patients with breast and lung cancer. Oncol Nurs Forum 2000 Jan-Feb;27(1):67-72.
8. Pacific Institute of Reflexology, Vancouver, Colombie-Britannique. Research Studies of the benefits of employing reflexology in the workplace. [Consulté le 7 février 2002]. www.pacificreflexology.com
9. Kunz Kevin et Barbara. Reflexology Research Project. [Consulté le 7 février 2002]. www.reflexology-research.com.
10. Internet Health Library. Reflexology Research. [Consulté le 7 février 2002]. www.internethealthlibrary.com.
11. Oleson T, Flocco W. Randomized controlled study of premenstrual symptoms treated with ear, hand, and foot reflexology. Obstet Gynecol 1993 Dec;82(6):906-11.
13. Joyce M, Richardson R. A study of the effect of reflexology on people with multiple sclerosis. www.pacificreflexology.com.
14. Ontario College of Reflexology, Canada. [Consulté le 7 février 2002]. www.ocr.edu.
15. Danish Reflexologists Association. [Consulté le 18 février 2002]. www.fdz.dk.
16. Association canadienne de réflexologie. reflexologycanada.ca. [Consulté le 18 février 2002].

Source : Le Réseau PROTEUS